Bryologie d’Europe PDF

Parmi les plantes actuelles, les bryophytes terrestres et les bryophytes aquatiques sont celles qui ont conservé bryologie d’Europe PDF plus de caractères des premières plantes ayant colonisé la terre ferme. Les ancêtres de toutes les plantes terrestres, donc des bryophytes, sont des algues vertes charophycées. Pris au sens large, c’est-à-dire celui des classifications traditionnelles, le terme bryophyte s’applique aux trois embranchements de plantes terrestres qui ne possèdent pas de vrai système vasculaire.


Bryologie d’Europe / publiée en monographies, par Bruch et W. P. Schimper
Date de l’édition originale : 1836
Sujet de l’ouvrage : Bryologie

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

En zone tropicale ou tempérée très humide, les mousses épiphytes peuvent recouvrir, parfois en plusieurs couches les feuilles comme les écorces. Les sphaignes, par leur capacité à se gorger d’eau et en accumuler jouent un rôle important dans les écosystèmes, tourbeux notamment, y compris en termes de puits de carbone. Les mousses grâce à leur forme ont une capacité importante d’interception d’aérosols et particules, qui constituent une partie de leur nutrition. Ces deux tissus ne sont apparus que plus tard au cours de l’évolution, chez les plantes vasculaires. Les pseudophylles n’ont pas l’histologie des vraies feuilles.

Les bryophytes ne pouvant absorber l’eau par leur rhizoïdes ont la faculté de permettre à l’eau de rentrer par toutes les parties de la plante. Comme les plantes vascularisées, les bryophytes peuvent profiter d’une symbiose avec des champignons. On a encore peu de connaissances sur la diversité fongique associée aux bryophytes. Mais quelques études basées sur la biologie moléculaire ont montré qu’elle était importante. Par exemple, en forêt boréale les bryophytes se montrent très résistantes au froid et capables de se nourrir sur des sols gelés tout ou partie de l’année. Au moins 158 espèces de champignons leur sont associées dans la région étudiée. Capables de tirer leurs nutriments de l’air et des aérosols, comme les lichens qu’ils accompagnent souvent, les bryophytes sont en tant que groupe taxonomique très ubiquistes.

Canada, une chercheuse est parvenue à faire revivre en laboratoire des bryophytes prisonnières d’un glacier depuis pratiquement 400 ans. En exposant simplement ces plantes au soleil et à l’air, les bryophytes peuvent donc « ressusciter » après une très longue période d’emprisonnement dans la glace. Dans certains cas, en particulier chez les anthocérotes, les gamétophytes sont bisexués et nourrissent alors de nombreux sporophytes. Les bryophytes peuvent se multiplier de façon végétative par fragmentation.

Certaines hépatiques ont développé des structures spéciales dispersant des propagules. Des structures particulières existent aussi chez certaines mousses. Les espèces les plus sensibles aux polluants acides et aux pesticides véhiculés par l’air et les pesticides ont parfois disparu de tout ou partie de leur habitat naturel. Certaines espèces pourraient être considérées comme des bioindicateurs, en matière de qualité thermohygrométrique de l’air notamment. Tooren,  Effects of a bryophyte layer on the emergence of seedlings of chalk grassland species , Acta Oecologica, vol. Håvard Kauserud, Cecilie Mathiesen et Mikael Ohlson,  High diversity of fungi associated with living parts of boreal forest bryophytes , Botanique, vol. Biology of polar bryophytes and lichens.