Catherine Feff, peinture monumentale PDF

La peinture murale est la plus ancienne dont on ait conservé la trace : l’art pariétal témoigne d’une peinture murale préhistorique. Par métonymie, le catherine Feff, peinture monumentale PDF courant désigne par  fresque  la peinture murale en général et tout ouvrage de grande dimensions.


Dans l’ensemble, et d’autant plus qu’elles sont monumentales, les peintures murales sont à peu près inamovibles. La peinture murale a son esthétique propre, qui la différencie de la peinture de chevalet. D’une part, la perspective peut être contrainte par la position de la peinture dans l’architecture, comme dans le cas des plafonds, ou du mur d’une pièce dans laquelle on ne peut reculer assez pour voir la peinture d’un coup d’œil. Les techniques de peinture murale varient selon les lieux et les époques. La peinture moderne utilise aussi les liants résine et notamment les aérosols. Les peintures sont moins solides que les murs sur lesquels elles sont peintes. Inamovibles, elles sont difficiles à entretenir.

Jusqu’à une époque récente, l’histoire de la peinture murale est celle de la peinture murale intérieure. Les peintures extérieures, soumises aux intempéries, ne se conservent pas sans des soins d’entretien pratiquement constants. Il ne reste que des traces des peintures murales grecques antiques, connues par la littérature. Des peintures murales romaines ont subsisté, notamment à Pompéi et Herculanum.

La peinture murale classique ne se distingue des autres peintures que par son support. Qu’elle soit peinte à fresque ou à l’huile, elle est réalisée à l’initiative des autorités qui gouvernent les murs ou les plafonds, municipales, ecclésiastiques, étatiques ou privées. On appelle  art urbain  les peintures murales contemporaines réalisées en extérieur, pour agglomérer aux producions artistiques reconnues par les institutions ou le marché de l’art celles issues de volontés individuelles, sans vouloir distinguer le graffiti politique, narcissique ou obscène de réalisations monumentales dans les mêmes lieux. 1970, des artistes peignent sur ces surfaces libres en Europe et en Amérique. Mur de Berlin dont subsiste un tronçon de 1 300m, l’East Side Gallery, les œuvres sont attribuées.

En 1981, Agnès Varda a réalisé un documentaire sur les peintures murales de Los Angeles : Murs, murs. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Ces listes gagneraient à être introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Le mur de Berlin, construit à l’époque de la guerre froide, en 1961, pour séparer Berlin-Est de Berlin-Ouest, a été le support de nombreuses peintures, qui contestaient notamment sa présence. Le reste le plus connu du Mur est situé le long de la Spree, entre la gare de l’Est et le pont de l’Oberbaum, qui enjambe la Spree. Ce n’était pas une partie du mur externe, mais de ce que l’on a appelé le mur de l’arrière-pays, qui séparait la zone frontalière de la RDA avec Berlin-Est. Niederkirchnerstraße, dans le district centre, à proximité de la chambre des députés de Berlin.