La révolution astronomique PDF

Détail du cadran de l’horloge astronomique de Prague. Une horloge astronomique est une horloge qui affiche l’heure ainsi que des la révolution astronomique PDF relatives à l’astronomie.


Quelques années après avoir présenté, dans Du monde clos à l’univers infini, les thèmes cosmologiques liés à la révolution astronomique des XVI e et XVII e siècles, Alexandre Koyré entreprend, dans le présent ouvrage, de dépeindre de façon précise et minutieuse cette révolution elle-même, « c’est-à-dire l’histoire de l’évolution et de la transformation des concepts clés à l’aide desquels l’astronomie essaie d’ordonner ou de « sauver » les phénomènes – salvare phenomena – en substituant au chaos des apparences sensibles une réalité intelligible qui la sous-tend et qui l’explique ». Selon les propres termes de l’auteur, « la révolution astronomique s’accomplit en trois étapes, liées, chacune, à l’oeuvre d’un homme : avec Copernic, qui arrête le soleil et lance la terre dans les cieux, l’héliocentrisme se substitue au géocentrisme. Avec Kepler, la dynamique céleste – hélas, aristotélicienne – remplace la cinématique des cercles et des sphères de Copernic et des Anciens. De ce fait, même la hantise de la circularité se trouve partiellement – dans un monde clos elle ne peut l’être entièrement – surmontée et l' »astronomie elliptique » fait son entrée triomphale dans le monde. Enfin, avec Borelli, dans un monde désormais ouvert et régi par la dynamique, s’achève l’unification de la physique céleste et de la physique terrestre qui se traduit par la déroute du cercle au profit de la droite infinie.  » Un ouvrage magistral sur une période clé de l’histoire des sciences

De façon générale, le terme fait référence à toute horloge qui affiche, en plus de l’heure, des informations astronomiques. Les horloges astronomiques les plus anciennes représentent le système solaire selon un modèle géocentrique. Le centre du cadran comporte alors un disque ou une sphère représentant la Terre. Newton sont venus confirmer les observations de Copernic et de Galilée.

Les horloges astronomiques ne doivent pas être confondues avec les régulateurs astronomiques, d’anciennes pendules utilisées dans des observatoires, de grande précision mais parfaitement classiques. Article connexe : Histoire de la mesure du temps. Richard de Wallingford effectuant une mesure à l’aide d’un compas. Reconstruction de l’astrarium par Giovanni Dondi dell’Orologio, Musée des sciences et des techniques Léonard de Vinci, Milan.

D’autres horloges semblables furent construites dans diverses grandes villes de l’Empire Romain. Song, l’horloger, ingénieur et astronome chinois Su Song conçut une horloge astronomique hydraulique pour la tour-horloge de Kaifeng. Ce point de vue est contesté par d’autres historiens comme Jacques Le Goff, qui soulignent l’importance croissante du rythme du temps pour les populations urbaines, notamment pour les élites politiques, marchandes ou religieuses. Giovanni Dondi à Padoue entre 1348 et 1364 furent des chefs-d’œuvre du genre. Elles n’existent plus, mais on en connaît des descriptions détaillées.

Les horloges astronomiques étaient construites comme pièces de démonstration ou d’exposition, aussi bien pour impressionner que pour informer. Du fait de leur complexité, les horlogers ont continué à en produire pour montrer leurs compétences techniques ainsi que la richesse de leurs mécènes. Leur message philosophique sous-jacent, un univers ordonné par la volonté divine, était en harmonie avec la vision du monde à l’époque. Schéma d’un cadran à 24 heures, souvent utilisé dans les horloges astronomiques. La plupart des horloges astronomiques ont un cadran à 24 heures, numérotées de I à XII, puis à nouveau de I à XII. L’heure est indiquée par une sphère dorée ou une autre représentation du soleil, placée au bout d’une aiguille. Le midi local est généralement au sommet du cadran, minuit étant en bas.

L’aiguille des minutes est rarement utilisée. L’aiguille donne une indication approchée de l’azimut et de l’altitude du soleil. Si XII n’est pas au sommet du cadran, ou si les nombres sont arabes plutôt que romains, l’heure peut être indiquée en heures italiques. L’année est représentée par les douze signes du Zodiaque, placés soit dans un cercle concentrique au cadran horaire, soit dans un petit cercle excentré. La date est indiquée par l’intersection de l’aiguille horaire et du cadran écliptique : elle affiche le signe du zodiaque courant, la position du soleil le long de l’écliptique. Cette intersection se décale progressivement sur une année tandis que le soleil passe d’un signe à l’autre.

Dans la photographie de l’horloge astronomique de Prague en introduction de cet article, le disque solaire s’est récemment déplacé dans le Bélier après avoir quitté les Poissons. Si le cercle est centré, il tourne afin de s’aligner avec l’aiguille horaire ou possède une autre aiguille, effectuant une révolution par an, qui pointe vers le signe du zodiaque courant. Diagramme illustrant comment le zodiaque est projeté sur le cadran écliptique. Projection stéréographique depuis le pôle Nord. Un cadran portant les nombres 1 à 29 ou 30 indique l’âge de la Lune, le nombre de jours écoulés depuis la dernière nouvelle lune : elle croît et devient pleine vers le 15e jour, puis décroît jusqu’au 29e ou 30e jour. Le cadran du bas comporte les lignes horaires inégales ou temporaires permettant de connaitre la position du soleil dans le ciel.

Chaque jour, il est possible de diviser la période diurne en 12  heures pseudo égales , et la période nocturne en 12 autres  heures . En Europe, le jour est plus long que la nuit en été : chacune des 12  heures  diurnes est alors plus longue qu’une  heure  nocturne. L’intersection de l’aiguille horaire avec ces lignes permet de lire l’heure diurne. Ce procédé permet également de déterminer la position du soleil dans le ciel, ainsi que d’estimer le temps restant avant son coucher. Horloge du musée alsacien de Haguenau.

Une aiguille stylisée en forme de dragon indique la position des nœuds de la lune. L’orbite de la Lune autour de la terre et l’orbite de la Terre autour du Soleil ne se situent pas dans le même plan. Les éclipses lunaires ou solaires ne peuvent se produire que lorsque la Lune est située à proximité de l’un de ces deux nœuds, et qu’en plus la ligne des nœuds lunaires est dirigée vers le Soleil. La tête du dragon, crachant des flammes, affiche le nœud ascendant, tandis que sa queue indique le nœud descendant.